Méthode de travail

Apprentissage

Notre désir de savoir est naturel. Le simple fait de tourner les yeux pour savoir ce qui se passe autour de nous est la base de la curiosité naturelle, elle-même base des apprentissages.

Déjà le bébé est « un chercheur ». Dès son plus jeune âge, le bébé s’intéresse à tout ce qui l’entoure. La façon dont l’adulte peut comprendre le monde ne lui est pas donnée à la naissance : seul le désir de savoir est inné mais la compréhension du monde est construite au cours de la vie et passe par différents stades de développement.
L’enfant est un être curieux de tout, hanté par le « pourquoi ? » et assoiffé d’explications.

Mais il ne suffit pas de penser très fort à quelque chose pour que cette chose tombe du ciel ! Pour transformer le désir de savoir en apprentissage effectif et en connaissance, il faut nécessairement passer par la phase du « comment ça marche ? », par celle des essais et tâtonnements, par l’étude de l’existant et par ses propres expériences.

C’est la capacité à accepter les remises en question.

En ce sens, passer du désir de savoir au désir d’apprendre nécessite des efforts, de l’humilité, de l’aventure et du courage. L’enfant qui apprend à marcher passe de la station couchée puis assise et enfin debout par désir d’élévation à travers des étapes qui comportent des essais, des chutes, des demies-réussites, parfois des régressions.

« Apprendre, c’est compliqué : on tâtonne, on perd du temps, on gâche du matériel. Apprendre, c’est difficile : il y a des détours à faire, des obstacles à surmonter, des échecs à dépasser. Apprendre, c’est toujours risqué : il faut quitter ses certitudes et s’engager dans l’inconnu sans être jamais sûr d’arriver à bon port. »
Philippe Meirieu

Pour bien apprendre il faut se lancer, mais pas n’importe comment, se fixer des objectifs de départ, pour voir loin et nous donner un cap, pour restreindre le champs des possibles et ne pas se disperser, canaliser nos efforts et nous tirer vers le haut lorsque l’on n’est plus motivé.

Objectif

Un objectif est un cap à garder, une cible à atteindre qui implique un cheminement.

Avoir un projet de vie ou un projet d’étude, décliné en objectif court, moyen et long terme encourage nos efforts, permet de valider des étapes gratifiantes et optimiser nos chances de réussites.
On a tous tendance à se fixer des objectifs difficiles à atteindre, rébarbatif, trop vague ou de se culpabiliser si on s’en écarte et/ou à les abandonner en cours de route. C’est donc important de se poser un objectif positif, réaliste qui nous soutient et nous donne de l’énergie.
L’essentiel c’est de se mettre en route, de sentir que le bateau avance avec un capitaine à bord, avec un cap à suivre et une destination à atteindre. Et tout en étant déterminer d’avancer dans la bonne direction, être dans une attitude de patience, de bienveillance et de persévérance en se félicitant régulièrement des étapes accomplies.

Voilà quelques idées de thèmes pour vous aider à cerner votre objectif :

– Organisation de son travail
– Planification de son travail
– Acquisition d’un rythme de travail
– Efficacité dans l’apprentissage
– Augmentation de la concentration
– Mise en valeur des facilitateurs et réductions des facteurs perturbateurs à l’apprentissage.
– Augmentation de l’investissement réel en temps dans son travail
– Gestion du stress dans l’apprentissage ou pendant les examens
– Apprendre à aborder un test correctement, à le finir dans les temps impartis
– Combler les lacunes dans un certain domaine et/ ou bien les cerner aux mieux.

– Comprendre et exercer les mathématiques dans un ou plusieurs domaines en particulier
– Comprendre ce qui vous est demandé dans les exercices et/ou par le professeur
– Faire le lien entre la théorie et les exercices
– Passer d’une vision négative à une vision positive des mathématiques
– Gagner en confiance en soi
– Développer le sens de l’effort
– Expérimenter la satisfaction personnelle même en mathématique!

Au préalable

Répondez à ces questions :

– Qu’est-ce que j’ai envie de réaliser cette année ?
– Qu’est-ce que j’ai déjà accompli qui m’a permis de réussir ?
– Sur quelles aptitudes, capacités, ressources personnelles puis-je prendre appui pour vaincre les obstacles ?
– Quels sont les facteurs personnels (difficulté à mémoriser, lenteur,…) ou environnementaux (pas d’endroit calmes pour travailler, distraction par les écrans, longs trajets,…) qui me font échouer ?
– Qu’est-ce que j’ai l’élan de changer, de transformer en moi ou d’aménager dans mon environnement pour des conditions d’apprentissage plus favorables ?
– Où, comment, quand, pourquoi, pour qui être performant?

Répondez par écrit à ces questions.

La méthode SMART pour nous aider dans la formulation de votre objectif

SMART en anglais veut dire intelligent, mais c’est aussi un acronyme S-M-A-R-T pour gagner en productivité et efficacité.

S – pour spécifique et simple
Pour être facile à atteindre, votre objectif doit être précis, bien déterminé, positif, facilement compréhensible par d’autres, si possible en une seule phrase, délimité dans le temps.
Dites par exemple « De la rentrée scolaire du 27 août au 30 novembre je décide de relire ma théorie après chaque cours de math »

M – pour Mesurable
Un objectif bien formulé doit pouvoir être quantifiable clairement et facilement.

Utiliser un verbe d’action pour le dynamiser :
Déterminer, décider, s’impliquer, travailler, accomplir, s’exercer, planifier, concevoir, décrire, évaluer, expliquer, démontrer, revoir, intégrer, formuler, écrire, maintenir, créer, décupler, réaliser, gagner …

« De la reprise scolaire au 31 octobre je décide de courir 3 fois par semaine pendant 30 minutes pour me détendre et me défouler correctement et avec plaisir»

Proscrire les verbes dont les significations sont multiples,
imprécises ou abstraites :
Réfléchir, vouloir, envisager, apprécier, …
Vous devez pouvoir répondre à la question suivante : « comment saurai-je que je progresse et/ou j’ai atteint mon but ? »
Assurez-vous de pouvoir vérifier et mesurer ce que vous accomplissez et constatez que cela corrobore avec votre objectif.

A – pour Approprié et atteignable
Il faut que l’objectif vous motive et soit positif, qu’il vous apporte quelque chose que vous voulez RÉELLEMENT ! Que ce soit l’occasion d’être votre propre moteur et de réaliser l’intérêt par vous-mêmes et pas seulement de faire plaisir aux autres.
Du style : « Depuis aujourd’hui je décide de me donner les moyens de finir les tests dans les temps et d’être stratégique pour gratter des points. »

R – pour Réalisable = Soyez réaliste !
Trouver un objectif qui est suffisamment ambitieux pour qu’il soit un défi, suffisamment humble pour qu’il demeure atteignable et réalisable. Pour se l’approprier réellement et gagner en confiance et en satisfaction en le réalisant.
Si vous avez une moyenne de 3/6 et que vous voulez passer à 5/6 en 2 mois ?

Se poser la question : « est-ce réellement à ma portée en si peu de temps, avec quelles implications et par quels moyens » “Qui va piano va sano et va lontano”

T pour Temporel
Votre objectif doit être défini dans le temps et avoir une date limite pour vous obligez à vous mettre en route rapidement, développer et maintenir l’effort sur une certaine durée pour le réaliser. Cela aide à la programmation neuro-linguistique de votre cerveau.

Validation de votre objectif par des questions

Si vous voulez vraiment réaliser l’objectif que vous venez de vous fixer, écrivez votre objectif par écrit et

Répondez par écrit aux questions qui vont suivre. Il s’agit de questions dites cruciales. Se les poser vous fera prendre conscience de la nécessité (ou non) d’atteindre votre objectif.
C’est le dernier processus de vérification pour savoir si votre objectif est correctement formulé.

▪ Pourquoi est-ce que je veux véritablement atteindre cet objectif ?
▪ Dans quel véritable but est-ce que je veux obtenir ceci ?
▪ Que se passera-t-il si j’accomplis mon objectif ?
▪ Que vais-je obtenir ?
▪ Que se passera-t-il si j’échoue ?
▪ Que suis-je prêt à ne plus faire pour obtenir ce que je veux ?
▪ Comment puis-je prendre plaisir à faire ce qu’il faut pour obtenir ce que je veux ?
▪ Comment puis-je vérifier que je suis sur la bonne voie pour atteindre mon objectif ?
▪ Quelles sont les actions qui servent mon objectif ?
▪ Quelles sont les actions qui desservent mon objectif ?
▪ Quelle est la première action, le premier petit pas à réaliser ?
▪ Quelles sont les actions prioritaires à mettre en place ?

Prenez un quart d’heure pour répondre à ces questions. Ce sera un bon investissement de temps.

Exposer l’objectif validé

Affichez-le dans trois endroits où pouvez le relire régulièrement : sur votre bureau, sur votre téléphone, sur votre frigo,…

Parlez de vos objectifs à vos proches et dites-leur que vous allez y arriver, vous vous engagerez ainsi auprès d’eux. Les personnes qui vous entourent vous motiveront à atteindre votre but.

Vous avez maintenant toutes les clés en main pour réussir.

Et maintenant ? Quelle est la première action (même petite) que vous pouvez faire TOUT DE SUITE et qui vous
rapprochera de votre but ?

Plus vous êtes précis dans ce que vous souhaitez atteindre, plus votre esprit cherchera ce qui va l’aider à l’atteindre.
Moins vous êtes précis et moins votre esprit sera en mesure de sélectionner les informations pertinentes.

Motivation

La motivation est un facteur important dans l’apprentissage, dans les performances scolaires et dans la réussite de vos études.

La motivation scolaire est l’ensemble des déterminants qui poussent l’étudiant :

– à choisir une activité
– à s’engager activement dans le processus d’apprentissage
– à adopter les comportements qui le conduiront vers la réalisation de ses objectifs d’apprentissage ;
– à persévérer devant les difficultés aussi elle est basée sur des croyances (sur l’apprentissage et ses capacités) et sur des valeurs (l’école ; les matières ; les taches et leurs buts).

Elle dépend des perceptions qu’un étudiant à de lui-même et de son environnement.

C’est une force qui le met en mouvement, le pousse en avant, lui permet de dépasser les difficultés et de réaliser complètement un objectif.

Cette force dépend de nos dispositions intérieures et des dispositions extérieures à nous et comment on interagit avec elles.

Dispositions intérieures

Interactions entre les deux

Dispositions extérieures

– de notre élan et foi en la vie
– de notre solidité intérieur
– de notre confiance en soi
– de notre perception du monde
– de nos désirs
– de nos valeurs
– de nos attentes
– de donner du sens
– des conclusions que l’on fait
– de nos choix
– de la gestion de nos émotions
– de notre volonté
– de notre capacité d’émerveillement et de curiosité
– de notre capacité de reconnaissance du chemin parcouru
– de notre ouverture d’esprit
– de nos dons
– de notre capacité à nous remettre en question
– de notre capacité à persévérer face aux obstacles
– de notre capacité à nous ressourcer

Passage de l’un vers l’autre

<==>

– de notre environnement
– de notre famille
– de notre éducation
– de nos objectifs
– des moyens mis en œuvre :
– financier
– pour gérer notre stress
– apprendre à gérer nos émotions
– apprendre à nous connaître davantage pour composer avec
nos points forts et nos points faibles
– apprendre à nous détendre et à nous ressourcer
– apprendre la gratitude
– développer notre capacité
d’émerveillement
– des moyens d’apprentissage
– livres
– sites
– vidéos
– fiches de résumé
– techniques de mémorisation
– organisation de notre travail
– gestion du temps imparti
– de notre entourage de personnes qui nous tirent vers le haut ou vers la bas
– des rencontres fortuites
– des lectures
– des professeurs
– du système de récompenses
– du système de punition

Confiance en soi

En cours d’élaboration

Organisation

En cours d’élaboration

Gestion du stress

En cours d’élaboration

Gestion du temps

En cours d’élaboration